Thursday, August 25, 2016

ET SI ON ABORDAIT L'ATTENTE DANS LES AÉROPORTS SOUS UN ANGLE PLUS POLITIQUE ?

(...) "Vous avez tous fait cette expérience : vous êtes assis dans un aéroport avec une heure de temps à tuer, et vous êtes incapable d’échapper au bavardage d’une chaîne d’information en continu. Pour ma part, même si le son est désactivé, il suffit que le téléviseur soit en vue pour que je n’arrive plus à détacher mes yeux de l’écran. L’introduction d’un élément de nouveauté dans le champ de vision entraîne ce que les psychologues de la cognition appellent une réaction d’orientation (soit une adaptation évolutive cruciale dans un monde de prédateurs) : l’animal tourne aussitôt le visage et les yeux vers cette nouvelle entité. Sur un écran de télévision, on voit apparaître une nouvelle figure à peu près à chaque seconde : la nouveauté suspend les expectatives routinières liées à une situation donnée. Les images qui surgissent à l’écran interrompent le flux habituel de l’expérience et nous interpellent.(...) 
(...) "Une autre option, dans ce genre d’espace, c’est de consulter son téléphone ou de se plonger dans un roman, parfois justement pour se détourner de ce robinet à images. Un « multivers » d’expériences privées se trouve ainsi à portée de main. Mais, dans cette compétition entre diverses technologies de l’attention, ce qui se perd, c’est le type d’espace public que requiert un certain type de sociabilité." (...)
(...) " On nous propose aujourd’hui de jouir du silence comme d’un produit de luxe. Dans le salon classe affaires de l’aéroport Charles-de-Gaulle, le seul bruit susceptible de vous déranger est le tintement occasionnel d’une petite cuillère contre la porcelaine : pas de télévision, pas de publicité sur les murs. 
Et c’est avant tout ce silence, plus que les autres dimensions de cet espace d’exclusivité, qui donne à ses usagers une sensation de luxe. 
Lorsque vous pénétrez dans ce sanctuaire et que les portes automatiques se referment hermétiquement derrière vous avec un chuintement discret, la différence est presque tactile, comme si l’on passait d’un habit de crin à un vêtement de satin. Vous vous sentez moins crispé, les muscles de votre cou se détendent ; au bout de vingt minutes, la fatigue s’est dissipée. Vous êtes délivré. Dans le reste de l’aéroport règne la cacophonie habituelle. 
Parce que nous avons permis à notre attention d’être transformée en marchandise, il nous faut désormais payer pour la retrouver." (...) 
(...) "À partir du moment où nous réalisons que ce sont justement les décisions des occupants de ces salons Business qui façonnent l’environnement des passagers de la classe économique, nous commençons à percevoir les choses sous un angle plus politique.  
Pour pouvoir exercer ses facultés mentales de façon agréable, inventive et même éventuellement profitable sur le plan financier pendant les heures d’attente passées dans un aéroport, on a besoin de silence.  
Mais le cerveau du quidam de la classe économique (ou de celui qui attend à un arrêt de bus), lui, peut être traité comme une ressource – une réserve permanente de pouvoir d’achat vouée à être exploitée par le marketing innovant des « créatifs » du salon classe affaires." (...)

Tuesday, August 23, 2016

ET SI DEMAIN LE MONDE SE PARTAGEAIT ENTRE "LES AUGMENTÉS" ET LES AUTRES ?

Pour réfléchir, voir le très efficace "mechanical apartheid" (quel nom et quel concept !!!) trailer de "Deus Ex : mankind divided".

C'est le prolongement de "Sarif our next world ?"

Et c'est l'anti-thèse de "Ce sont qui les superhumans d'aujourd'hui ?"

Ça renvoie très directement à "A quoi ressembleront nos prothèses demain ?"


Et si demain l'espace public se partageait entre "Augs" (les "augmentés" avec prothèses) et les "Non-Augs" ? 

Monday, August 22, 2016

PROCHAIN ATELIER TRANSIT-CITY !!!!



En attendant vous pouvez toujours lire l'excellent dernier livre d'Yves Crozet, "Hyper-mobilité et politiques publiques - Changer d'époque ?- ed Économica. et dont vous trouverez une synthèse ci-dessous. Elle résume parfaitement les questions que nous aborderons lors de l'Atelier
«  L’hyper-mobilité n’est pas un slogan, c’est un constat.  
En France, chaque habitant parcourt plus de 40 km par jour, dix fois plus qu’il y a deux siècles. L’accroissement tendanciel des vitesses de déplacement est à l’origine de cette révolution qui a pu se réaliser sans accroître les budgets temps de déplacement, environ une heure par jour. Les marchandises ne sont pas en reste en matière d’hypermobilité. 
En ne prenant en compte que les transports domestiques, pour chaque habitant, 140 kg de marchandises sont déplacés chaque jour sur 100 km ! 
Après avoir établi l’évidence de l’hyper-mobilité, l’ouvrage en présente les fondements : une hausse tendancielle des revenus qui fait du temps disponible le bien le plus précieux. La même logique pousse à l’hyper-connectivité, une autre façon de « gagner du temps ».  
La société du temps libre est donc paradoxalement une société du temps rare. 
La recherche du temps gagné se heurte à des limites individuelles mais aussi collectives notamment économiques, énergétiques et environnementales. C’est ainsi que, progressivement, nous changeons d’époque ce qui ne signifie pas catastrophe ou régression.  
Le « monde fini » dans lequel nous entrons n’est pas celui de la dernière goutte de pétrole ou du retour généralisé à la pénurie. Il ne sera pas non plus celui de la fin des embouteillages grâce aux voitures automatiques, ou du règne des avions supersoniques et des trains à 1 000 km/h. 
Plus simplement, nous allons devoir composer avec deux « innovations » importunes et pourtant opportunes : 
- le progrès technique dans les transports continuera à cibler les gains de temps, mais pas sous la forme d’un accroissement des vitesses de déplacement  
- le subventionnement systématique de la mobilité sera remis en cause du fait des rendements décroissants de la vitesse et du coût croissant des politiques publiques. »

Les Ateliers Transit-City ont lieu au Pavillon de l'Arsenal de 8h45 à 11h
21 Bd. Morland 75004 PARIS.
Inscription obligatoire à : contact@transit-city.com

Saturday, August 20, 2016

C'EST QUOI UN CORPS IDÉAL POUR GAGNER AUX J.O ?

Le sport de haut niveau est à l'aube d'une double révolution.

D'abord elle de la mutation des corps sous l'influence des prothèses pensées pour les athlètes handicapés - voir  notamment.

Ensuite celle de la génétique qui, dans quelques années, va faire passer le dopage pratiqué aujourd'hui hui sur le Tour de France, comme une aimable plaisanterie.

L'addition des deux révolutions - "nouvelles prothèses + nouvelles approches génétiques" - donnera, entre autres des mutations très bien décrites dans "Magic Blood and Carbon-Fiber Legs at the Brave New Olympics".

Si on ne garde que la révolution de la génétique, ca pourrait aboutir aux "Perfect, Freaky Olympic Bodies" ci-dessous, entre fesses plates, crane allongé et mains palmées.

Ça renvoie forcément à :


Friday, August 19, 2016

APRÈS LE HANDICAPE, NIKE S'EMPARE DU TRANSGENRE

Dans un récent post je revenais sur la capacité de certaines marques de sport à capter les mutations sociétales et/ou techniques pour s'en faire les portes-paroles.

Parmi ces marques, je citais évidement Red Bull, mais aussi l'incontournable Nike qui depuis une trentaine d'années se fait un malin plaisir à valoriser les pratiques et les sportifs qui cassent les règles du sport traditionnel.

Et une fois de plus l'équipementier américain prend ses concurrents de vitesse.

Nike avait déjà était le premier a mettre en avant un athlète handicapé avec Oscar Pistorius, la marque ayant compris avant beaucoup d'autres que le handicap et surtout l'handicapé allait changer de statut à travers le sport - voir  -, et nous conduire à nous poser de vrais questions sur l'évolution du corps dans les années à venir - "Super-heros, cyborgs et paralytique" et "Ce sont qui les superhumans d'aujourd'hui ?"

Aujourd'hui, Nike montre que la marque a compris que la question du genre ne serait plus une question anecdotique dans les années qui viennent. En Amérique du nord certaines universités ont déjà crée des toilette "transgenre" et en juin dernier le Pentagone a annoncé que les transgenres pourraient désormais rejoindre les rangs de l'US Army - voir .

Du côté du sport, le CIO s'est interrogé récemment sur ses définitions du transgenre - voir "The news Olympic's transcender guideline" - ouvrant la voie à la participation d'athlète transgenre aux Jeux olympiques.

Restait à marquer le coup de cette petite révolution.

C'est ce que vient de faire Nike avec son nouveau spot visible , mettant en scène Chris Mosier, premier athlète "femme" à rejoindre une équipe nationale masculine, en l'occurrence l'équipe américaine de duathlon. Plus de détails, .

C'est évidement un très joli coup de l'équipementier qui peut avec ce film développer un discours au delà des simples enjeux sportifs traditionnels et aborder les nouveaux du imaginaires du corps autour desquels va se dessiner une partie du sport de demain.

On en reparle très vite.

Et en attendant, vous pouvez jeter un coup d'oeil, .

Thursday, August 18, 2016

JO : MODULAIRES PENDANT ... ET APRÈS


 
« Les Jeux olympiques, derrière les belles arènes, ce sont des kilomètres de grillages et de câbles, des tonnes d’échafaudages et de détritus, de la terre, de la caillasse, des flaques boueuses, des conduits d’où sort un air chaud malsain, des projecteurs qui vous aveuglent, des engins de chantier, des préfabriqués, des néons glauques, des soldats. » - .
Les coulisses de Rio de Janeiro ci-dessus, et les mutations du parc olympique de Londres demain ci-dessous - voir  "The London Olympic Park is becoming one of Europe's largest technology hub". Ou quand une fois de plus, le modulaire montre sa pertinence pour répondre aux mutations urbaines de plus en plus rapides.



Pour aller plus loin, voir "vers un VUCA urbanisme ?"

Thursday, July 28, 2016

FOILING GENERATION

Non ce post n'est pas une pub pour Red Bull.

Ce post se veut juste une remarque sur la capacité qu'ont certaines marques à comprendre très tôt les signaux faibles de certaines mutations techniques et à se les accaparer tout en les valorisant.

Aujourd'hui, tout le monde est focalisé sur le virtuel, voir la flopée d'articles sur Pokemon Go qui disent tous la même chose, à savoir que le "réel" et le "virtuel" vont de plus s'interpénétrer pour créer un nouvel espace mental hybride dans lequel le numérique aura de plus en plus de poids. Waooo, quel scoop !!!

Cette focalisation sur le virtuel empêche de voir une autre mutation tout aussi importante, celle du retour du corps et du sport.

Plus le virtuel va se développer, plus le besoin de se frotter aux autres et de tester son corps va être fort. Ce n'est pas par hasard si le trail et l'ultra-trail avec des compétitions comme le UTMB sont aujourd'hui en pleine croissance. 

Et d'une certaine façon Go Pokemon en est une parfaite illustration de cette évolution, l'un des attraits du jeu étant d'inciter à bouger et de pas rester son cul collé dans son canapé. Cela fait plusieurs décennies que la ville est devenue un stade, elle devient aussi aujourd'hui une vaste console de jeux.

Dans les années qui viennent la notion de performance va de moins en moins s'incarner dans la mécanique et dans le moteur, mais de plus en plus à travers le corps en mouvement.

Si les XIX et XX ° ont été les siècles de la mécanique, le XXI° va être celui du corps.

Nous avons souvent parler de ces évolutions dans ce blog, notamment à travers nos posts sur le sports - - ou sur la façon dont des marques comme Nike, Hobie Cat ou Red Bull nourrissaient les nouveaux imaginaires de la mobilité - voir "Vers une Red Bull Mobility ?"

Et c'est pour cela que la notion de "foiling génération" inventée par Red Bull est intéressante. Elle synthétise un nouvel imaginaire lié à la vitesse et au vol qui aujourd'hui touche très peu de monde, mais qui à vocation à se développer dans les années qui viennent.

Ne pas s'intéresser au foil aujourd'hui, c'est se mettre dans la même posture que ceux qui dans les années 70 ne s'intéressaient pas à la course à pied sur route, au skate, à la planche à voile, au delta plane, au parapente, à la varappe, au VTT ou au catamaran de sport.... bref à toute cette nouvelle génération d'activités libres qui sortait le sport des stades et qui allait irriguer les pratiques et les imaginaires aujourd'hui, même parfois automobiles - ou .

C'est pour cela qu'il faut s'intéresser à ces nouvelles pratiques sportives et comprendre leurs évolutions actuelles -   et . Ces pratiques en disent toujours plus que les images spectaculaires qu'elles véhiculent.

Si Nike a été la grande marque de ces dernières, c'est aujourd'hui Red Bull qui porte et alimente les nouvelles pratiques et donc encore plus celles de demain.

On en reparle à la rentrée.

Monday, July 25, 2016

KITE + FOILS, CA VA FORCÉMENT FINIR PAR PAYER


Le kite c'est pas nouveau, le foil non plus. Tenter de les marier ça l'est un peu plus. Pour l'instant ça bricole beaucoup et c'est pas forcément très élégant, mais on va forcément arriver à créer un nouveau type de "voilier" volant ... sans voile - .

Et ça irriguera forcément d'une façon ou d'une autre, nos imaginaires mobiles et marins.

Thursday, July 21, 2016

TESLA : LA PARTIE 2 DU PLAN SECRET

Quand Elon Musk, le fondateur de Tesla, pense l'avenir de la mobilité somme cela, ça remet juste complètement à plat le business automobile.

C'est réjouissant et stimulant.
"Sharing 
When true self-driving is approved by regulators, it will mean that you will be able to summon your Tesla from pretty much anywhere. Once it picks you up, you will be able to sleep, read or do anything else enroute to your destination. 
You will also be able to add your car to the Tesla shared fleet just by tapping a button on the Tesla phone app and have it generate income for you while you're at work or on vacation, significantly offsetting and at times potentially exceeding the monthly loan or lease cost. This dramatically lowers the true cost of ownership to the point where almost anyone could own a Tesla. Since most cars are only in use by their owner for 5% to 10% of the day, the fundamental economic utility of a true self-driving car is likely to be several times that of a car which is not. 
In cities where demand exceeds the supply of customer-owned cars, Tesla will operate its own fleet, ensuring you can always hail a ride from us no matter where you are. 
So, in short, Master Plan, Part Deux is: 
Create stunning solar roofs with seamlessly integrated battery storage 
Expand the electric vehicle product line to address all major segments 
Develop a self-driving capability that is 10X safer than manual via massive fleet learning 
Enable your car to make money for you when you aren't using it"
Le texte complet d'Elon Musk, .

Wednesday, July 20, 2016

À QUOI RESSEMBLERONT NOS FUTURES PROTHÈSES ?

Nos rapports au corps, au sport et à la performance sont en train de radicalement changer.

Le film "We're The Supermans" dont je vous ai parlé dans mon précédent post, en est un des symptômes les plus percutants.

Parmi les vecteurs des mutations venir, on peut en retenir trois principaux

- le militaire et les recherches autour du "soldat augmenté" et du "vétéran réparé" et/ou "augmenté" lui aussi - voir, .


- le sport autour de l'analyse et de l'augmentation de la performance - voir,


- Le ludique et plus particulièrement à partir des nouvelles générations de jeux vidéo et du e-sport - voir et  entre autres.

 

C'est pour analyser ces mutations et essayer de mieux comprendre ce que voudra dire la notion de corps augmenté demain et les formes que cela prendra, qu'au sein de Transit-City nous lançons le chantier "New Protheses" destiné à réfléchir à quoi ressembleront nos corps demain, mieux comprendre ce qui les habillera et ce qui les augmentera.





C'est le prolongement et l'approfondissement du chantier "Bodies / clothes & protheses

On y revient très vite.