Wednesday, October 18, 2017

LE MOBILE-HOME COMME HISTOIRE POLITIQUE

Pour poursuivre la réflexion esquissée dans les deux précédents posts sur la façon dont une mobilité pensée comme marginale - en l'occurrence celles des vieuxfaçonne de nouvelles formes urbaines aux Etats-Unis (voir et ), je voudrai aujourd'hui m'intéresser à une autre mobilité marginale, celle des pauvres.

Des pauvres v 5us partout dans le monde comme des emmerdeurs, mais qui ont toujours inventé malgré eux de nouvelles formes d'habitat liées à la mobilité.

Pour alimenter la réflexion sur ce sujet je voulais vous proposer quelques lignes extraites de l'excellent "1929 / Krach & Mobiles Homes Parks" qui fait une histoire politique du mobile-home. C'est passionnant !
"La grande crise de 1929 : un cataclysme mondial pour les classes populaire et moyenne ; aux États-Unis, des centaines de milliers d'ouvriers et d'employés privés d'emploi, sont condamnés à vivre dans des campements de fortune ; d'autres ménages, qui avaient quelque économie auront la fortune de pouvoir se déplacer à travers le pays à la recherche de travail agricole saisonnier, et/où sur les grands chantiers du New Deal de l'Etat [barrage, digue, autoroute, voie ferrée, pont, etc.]. Leur survie économique pour ne pas sombrer dans la pauvreté totale tenait essentiellement à leur mobilité : la possession d'un véhicule pouvant à la fois emmener famille entière, effet personnel et mobilier en était une des conditions. 
Les industriels considérant qu'il s'agissait d'un marché potentiel, adapteront pour cette nouvelle catégorie sociale, les modèles de caravane [trailer] qui étaient à l'origine destinés au tourisme. D'inventions en innovations, le trailer sera supplanté par le mobile home puis, plus tard, par une formule inédite, la mobile house. Les premiers mobiles homes parks ou communities destinés aux itinérants, aux ouvriers des grands chantiers, apparaîtront rapidement sur l'ensemble du territoire, leur offrant à moindre prix quelques services. 
Il faut attendre la seconde guerre mondiale pour voir s'éteindre la crise économique et voir apparaître après la guerre une fabuleuse pénurie de logement. Le nombre de mobiles homes - économiquement accessible pour le plus grand nombre - augmentera mais avec une nuance : l'immobilisation de ce qui à la base était destiné à la mobilité ; le marché de la mobile house, plus onéreuse, prit alors son essor". (...)
 
(...) "Dans un article paru dans la revue Architectural Record en juillet 1936, l’ingénieur industriel Corwin Willson présenta son concept de mobile house tirée par une voiture et offerte aux travailleurs itinérants désireux de déménager leur famille et leur demeure. L’inventeur souligne, en faisant référence à un manuscrit non publié et intitulé Living on Wheels, que la conjoncture économique et la nature des emplois industriels sont à l’origine du phénomène des travailleurs migrants : “Par conséquent, le problème du logement en vient à inclure l’adaptation à une mobilité forcée croissante. La mobile house [...] rend la propriété du logement possible sans impliquer la perte de la liberté économique.” (“2-Story Mobile House...” 1936)". 
 
"En 1938, deux architectes présentèrent une autre version de la mobile home, le Durham Portable House (Wallis 1991). Ces maisons se différenciaient des caravanes existantes et du prototype de Willson en ce qu’elles “n’étaient pas conçues pour être généralement remorquée à travers le pays. En revanche, elles sont construites comme des maisons [homes] ordinaires avec une structure brevetée conçue pour être déplacée sans dommage ou ébranlement à l’aide de grands camions.” (Pebworth 1938). Le concept maintient néanmoins la spécificité de la mobile home, à savoir la possibilité de la déplacer sans en affecter les éléments structuraux."
 - la suite, .