Wednesday, January 24, 2018

ET SI ON REPENSAIT LA MOBILITÉ URBAINE AUTOUR DE LA NATATION ?

Pour prolonger les deux derniers posts consacrés à la nécessaire façon de penser autrement la mobilité urbaine du futur autour des enjeux du sport, de la santé et du bien-être - voir et -, je voulais avec notre partenaire Patrick Roult de l'Insep, vous inciter à jeter un coup d'oeil sur le projet de Lido Line imaginé pour les JO de 2012 à Londres - le projet, .

Une vison qui renvoie à la nécessité déjà évoqués plusieurs fois dans ce blog, d'intégrer les cours d'eau et les sports aquatiques pour imaginer les trans-sports ® de demain.

Voir sur ce thème :

Et pour rebondir sur les inondations qui touchent actuellement Paris - voir "Et si c'était le jour idéal pour penser autrement ?"

A partir de toutes ces questions et hypothèses, pourrait se dessiner une nouvelle cartographie des mobilités urbaine autour d'un individu en mouvement dans ou sur l'eau.

Cela conduirait aussi à inventer aussi de nouvelles escales urbaines, notamment autour de piscines d'un nouveau genre comme celle qu'imaginaient ci-dessous les promoteurs de la Lido Line.

Et pour ceux qui n'aiment pas nager mais adore patiner, pourrait aussi se développer sur ces nouveaux axes, des variantes glisse et patins comme illustrée ci-dessousUne variante très désirable mais malheureusement et très probablement devenue de plus en plus problématique du fait du réchauffement climatique. 

On reviendra sur cette mutation, lors de notre prochain Atelier Transit-City prévu le 8 juin 2018 autour de la question "Et si les mutations du sport devaient entraîner de véritables mutations urbaines ? "